PATRIMOINE

L’agence se concentre de plus en plus sur la transformation et la valorisation des lieux à forte valeur patrimoniale et historique. Si cette thématique rejoint naturellement la recherche sur des projets culturels, elle mène l'agence à s'interroger autour des sites abandonnés, négligés ou marginalisés, des friches industrielles, des terrains vagues ou peu valorisés. Le dialogue entre passé et avenir est susceptible de faire émerger la mémoire collective d'un lieu.

Qui peut estimer si un ouvrage existant, indépendamment de sa valeur esthétique, doit être conservé-transformé-rénové-valorisé ? A qui revient le choix de raser, de rebâtir ou d’élargir ?

Nos villes historiques doivent se renouveler avec la volonté d'édifier un rapport harmonieux entre ancien et nouveau, entre passé et futur. Il s'agit de mettre en lumière un contexte, un lieu existant en évitant tout pastiche ou maquillage. L'architecte a donc pour mission de faire ressortir les qualités propres à un bâtiment, à travers une réinterprétation, une réhabilitation légère ou une restructuration forte, et plus encore, une transformation complète ou une nouvelle couche contemporaine.


L'agence tente de valoriser le passé en le reliant au présent dans des projets culturels et d'équipements publics mais également à une échelle urbaine diffuse. Allant des projets de surélévation en passant par l'espace public, les places urbaines aux artères de la ville, d'un quartier, d'une agglomération ou d’un territoire. Un héritage culturel et architectural ne peut exister uniquement comme vitrine muséale de nos villes. Il doit participer à la construction d'une vraie nouvelle forme d'urbanité et pas seulement être un outil au service d'une simple consommation culturelle.

Cette obsession de laisser une trace doit être transformée en une intention plus humaine et plus consciente. De plus en plus d'opportunités de projets mariant ancien et modernité s'offrent aux architectes, de ce fait, ils doivent être prêts à œuvrer pour ce type de projet. Sinon, cela mènera à un désaccord continu entre un héritage souvent minutieusement détaillé et des interventions dites contemporaines dont les préoccupations sont davantage liées au budget, aux délais et à la rentabilité.